INHUMAN

13 mars 2013

Lumière sur le pneumothorax spontané.

pneumothorax1

J'ai beaucoup hésité à vous parler de ce pneumothorax ici mais finalement pour moi, c'est important. Si vous ne le savez pas, c'est la raison pour laquelle je n'étais plus présente sur le blog ces dernières semaines malgré les articles rédigés à l'avance. Et il y en avait beaucoup, de ces articles :).

J'ai donc fait un pneumothorax spontané et pour moi, désormais, ça me semble presque évident que j'allais en faire un avec ma silhouette. Mais sur le coup, je ne savais pas ce que c'était. Voilà pourquoi j'estime important d'en parler pour qu'il ne reste pas dans l'ombre, que les gens ne soient pas paumés comme je l'ai été si malheureusement cette saleté leur arrive.

Qu'est ce que le pneumothorax spontané ?

Le pneumothorax est le nom méchant pas beau du décollement de la plèvre. Et le décollement de la plèvre, c'est simplement quand les deux feuillets de la plèvre, qui permettent de tenir le poumon bien fixé au thorax lors de l'expiration de l'air, n'adhèrent plus. Le poumon se décolle petit à petit comme une crêpe et se replie sur lui-même. La différence entre un pneumothorax et un pneumothorax spontané, c'est que le spontané ramène sa fraise sans aucune raison. Il m'est arrivé alors que je marchais paisiblement, c'est passionnant.

Qui est concerné ?

Le pneumothorax spontané touche en majorité les gens d'une vingtaine d'années, grands et longilignes. Et plutôt les hommes que les femmes. Autant vous dire que je suis en plein dedans avec ma silhouette d'asperge. Vraiment, vraiment pas de chance.

pneumothorax2source de l'image : Le figaro

Quels sont les signes ?

- coup de poignard dans la poitrine lors du déclenchement du décollement

- difficultés respiratoires

- bruits parasites dans le thorax ("flop" ou "schlop", en gros :3)

- douleurs persistantes accentuées par la toux, les éternuements, mouvements

- douleurs intercostales à répétition (j'en ai fait toute mon adolescence à cause de bulles d'air)

Que faire ?

Si j'avais su tout ça ? J'aurais été immédiatement faire une radio aux urgences. Mais non, j'ai consulté un médecin qui a tenté de me rassurer en me parlant de douleur intercostale avant tout. J'ai donc pris mon mal en patience les premiers jours. J'ai vécu genre... normalement ? J'ai même tenté des mouvements sportifs au cas ou c'était des douleurs musculaires, sait-on jamais ?

Puis, à 2 jours de ma radio, je commençais à réellement angoisser de ces "flop flop" dans mon thorax et ces difficultés à respirer. Je ne m'étais jamais sentie aussi mal avec des douleurs intercostales, quand même. À la radio, on m'a donc annoncé la chose. J'étais aux anges de savoir que ça pouvait se remettre tout seul avec du repos seulement ! Mais bon, je me trompais.

p4

Oui, ça peut arriver même en dormant.

Comment soigner un pneumothorax ?

Alors oui, si on a de la chance, un pneumothorax peut se soigner avec quelques jours de repos, alité.

Mais ayant aggravé mon cas dans l'ignorance la plus totale de ma pathologie, j'ai dû subir les soins les plus intensifs pour réparer ce poumon crêpe fifou ! J'ai donc tout subi ou presque.

1 - Repos : non concluant

2 - Drainage thoracique : pose d'un tuyau dans le thorax en aspiration, pour évacuer l'air entre les deux plèvres. Non-concluant, récidive le lendemain matin de l'ablation du drain.

3 - Opération chirurgicale : Il en existe plusieurs, avec ou sans aide caméra. Pour ma part, on m'a assurée que j'ai eu le droit à la meilleure de toutes, au taux de récidive inférieur à 1% et dans le meilleur hôpital qui soit. J'ai donc subi une une ablation des bulles et blebs de mon poumon, susceptibles de créer à nouveau de l'air à la surface de celui-ci, puis une abrasion mécanique de la plèvre sans aide caméra (il s'agit d'irriter les deux feuillets de la plèvre avec une sorte d'éponge pour la faire saigner). Après l'opération, deux drains thoraciques sont posés afin d'évacuer l'air, le sang et éviter les infections.

Les suites

C'est lourd, je ne le cache pas. Mais à l'heure actuelle, à environ 2 semaines de ma sortie d'hôpital, je vis simplement au ralenti et le tout sans anti-douleurs s'il vous plaît. Moi qui ai horreur des médicaments, qui ai été droguée comme pas possible dans ces établissements, j'ai eu peur de la douleur insurmontable qui allait m'accompagner à la suite de cette opération mais il n'en est rien ! Je suis plutôt contente de pouvoir retrouver doucement un rythme de vie normal même si j'ai hâte de vraiment reprendre mes activités à 200 à l'heure comme avant !

cica2Vous ne me manquerez pas, drains.

En conclusion

Faites vraiment attention à vous. Surtout si vous êtes de cette même silhouette, grande, mince et longiligne. Évitez les sports trop extrêmes, la cigarette, la DROGUE.

Après cette aventure, un réel monde parallèle et enfoui s'est ouvert à moi. Celui des "ah ben ouais, moi aussi j'ai fait un pneumothorax spontané, c'est normal !" NORMAL, AH OUAIS. Même mon chirurgien figurez-vous. Un jeune d'à peine 35 ans, grand et mince, m'a annoncé avant de me charcuter "TÉKATÉ moi aussi j'en ai fait un et regarde-moi aujourd'hui, c'est rien du tout, lol !" Des collègues, des amis, de la famille sont revenus vers moi en m'annonçant avoir vécu le même traumatisme.

C'est juste fou. Moi qui ne connaissais rien de cette pathologie dans sa version spontanée, voilà que des dizaines de personnes m'annoncent qu'elles l'ont vécu, en éternuant, en courant, en riant... J'estime alors qu'on en parle vraiment pas assez, c'est dingue et presque dangereux. J'aurais réellement pu aggraver mon cas 10 fois plus que ça si je ne sentais pas qu'il se passait un truc plus louche qu'une douleur intercostale. Alors j'espère que maintenant, vous saurez ! Je sauve peut-être des vies là et tout.

@+ l'Internet ! <3


Commentaires sur Lumière sur le pneumothorax spontané.

    bonjour, moi je viens d'en faire un le 5 février sur le gauche et j ai fait également une infection sur les deux bref c'est pas le top, le moral en a pris un coup et mon poumon n'est tjs pas recollé, de plus avec le début du printemps on a également découvert que je faisais de l’asthme...après un rdv chez ma pneumologue et un traitement pour pour l'asthme je croise les doigts pour que mon poumon se recolle enfin car un scanner prévu le 18 me confirmera si je dois etre opéree ou pas..............

    Posté par christ, 12 mars 2015 à 15:50 | | Répondre
  • Bonjour, j'en ai fais un ya 1 mois il mont mis 3 semaines de repos et la sa va mieu mais j'ai 1/2 chance d'en refaire un dans 6 mois, du coup sa sera la Chirurgie

    Posté par Julien51, 14 mai 2015 à 16:34 | | Répondre
  • Bonjour,

    Merci pour ton témoignage, très juste à tous les niveaux.
    Je me rends compte en lisant les commentaires que cette pathologie concerne bien plus de monde qu'on ne le pourrait croire !
    Cela réconforte quelque peu, car pour ma part j'étais absolument hors normes et n'ai jamais compris pourquoi cela m'était arrivé.

    J'ai ressenti le "coup de poignard" en me maquillant (oui oui, ça prévient vraiment pas...). J'avais alors 15ans, 1m58, non fumeuse, pas spécialement sportive, et aucune petite bulle au scanner. Non, vraiment, personne n'a compris.
    Ca arrive et puis c'est tout, ça se recolle et on reprend sa petite vie d'avant. N'empêche qu'on garde toujours ça dans un coin de la tête... J'ai fait une récidive 1 mois après, et puis depuis 3 ans plus rien et on croise les doigts !

    Bon courage à ceux qui le vivent, car quand on l'a expérimenté on sait pertinemment de quelle douleur il s'agit.
    Suite à ça j'avais suivi une dizaine de séances de sophrologie, pour apprendre à gérer le stress quotidien qui pourrait être un facteur déclenchant. Renseignez-vous, moi ça m'a beaucoup aidée !

    Posté par clotilde, 11 octobre 2015 à 19:55 | | Répondre
  • Bonjour à tous, VOILA MON HISTOIRE:

    J'ai 23 ans, 1m68 54Kg. Il ya un mois j'étais bloquée du dos et de la nuque, je suis donc allée un rhumatologue qui m'a fait une infiltration (une injection de corticoides dans le dos), suite à ca j'ai ressenti une douleur attroce. Je suis rentrée chez moi en pensant que j'avais mal supporté la piqure, mais la .. la douleur ne passe pas, en plus du mal a respirer.. je reviens chez le meme medecin en fin de journée, il suspecte un PNO mais la radio ne montre rien. Ensuite je vis normalement pendant une semaine en faisant des footings et fumant quelques clopes par ci par là.. La je décide d'aller chez ma pneumo qui me recommande de faire un scanner. Verdict: jai un penuomothorax à gauche (entre 10 et 12 MM). On me préscrit 3 semaine de repos, les 3 semaines les plus horribles de ma vie, grosse crise d'angoisse le premier soir, ensuite anxiété permanente du matin au soir... rester au lit a m'ennuyer n'arrangeait pas les choses, je n'arrettais pas d'y penser.. Ensuite je refais un scanner de controle 3 semaines après et on me dit que mon PNO est résorbé. J'étais heureuse au départ... mais depuis je ressens toujours une sensation bizarre sur ma sphère gauche du thorax, et j'ai l'impression de faire des dyspnées... qui sont des gênes respiratoires. Je suis reparti chez la pneumo, elle me dit que tt a l'air normal... elle suspecte que c'est du a mon angoisse... je veux bien le croire mais quand bien meme je suis avec mes amis entrain de decompresser, je ressens cette gêne respiratoire et aussi physique autour du poumon.

    PS: j'ai arrêter de fumer niet depuis mon pneumothorax. (dur dur mais je tiens toujours)

    Cela peut it vraiment être psychosomatique?

    Est ce qu'un PNO accidentel est susceptible de récidiver autant qu'un spontané?

    Est-il normal de ressentir ça? je ne sais plus ce que je dois faire, vivre normalement ou faire attention?

    Bon courage a tout ceux qui ont vécu cet épisode !

    Posté par Zinebnad, 03 novembre 2015 à 12:27 | | Répondre
    • Essai de ne pas y penser, fais des exercices respiratoire ça peut aider et la natation aussi.
      Vie normalement, après 2 pneumothorax, le pneumologue me dit de faire attention au activité a choc et le chirurgien me dit de profité...qui écouté??!!j'ai décidé de profité (jet ski, snowboard et autre...) et pourtant j'ai fais pneumothorax dans mon fauteuil et au bureau.
      donc moi je te dirai profite.

      Posté par Rém's59, 03 novembre 2015 à 14:11 | | Répondre
      • Merci.. tu as raison.. mais on ne peut pas s'empêcher d'y penser.. difficile de dissocier si ce que je ressens est vraiment la ou pas.. ce qui est sure c'est que je le ressens.. et je suis pas du tout rassurée.

        Posté par Zinebnad, 03 novembre 2015 à 15:19 | | Répondre
  • Mais y'a t il vraiment une différence entre le PNO spontané et traumatique? Quelqu'un connait-il les enjeux du traumatique? Sur la plupart des forums on ne parle que tu PNO spontané... et puis la gêne respiratoire est-elle normale même après que le PNO soit résorbé? Est ce qu'un PNO accidentel est susceptible de récidiver autant qu'un spontané?

    Posté par Zinebnad, 03 novembre 2015 à 15:14 | | Répondre
    • Pour ce qui est de la différence entre spontané et accidentel, je ne suis pas professionnelle désolée...

      Pour ce qui est de la gêne, 3 ans après avoir fait un PNO spontané (et récidive derrière, mais pas d'opération) il m'arrive encore de sentir comme une gêne respiratoire parfois, ou comme des pincements au même endroit. J'ai fait plusieurs séances de kiné et de la natation mais pas d'amélioration, et au scanner pas trace de résidu cicatriciel, rien...

      Donc oui, je pense qu'il y a une part de psychosomatique. C'est pour ça que je te conseille, dans un premier temps de faire quand même un peu gaffe (pas porter de choses trop lourdes ou te lancer dans un marathon) mais franchement rien ne sert de toujours te surprotéger. Je me suis trop angoissée avec ça, maintenant avec du recul je peux dire que ça ne sert à rien.

      Comme je l'ai écrit dans un précédent com, j'ai suivi des séances de sophrologie après mon PNO, pour apprendre à gérer mon stress et ça avait été très bénéfique (aujourd'hui je suis beaucoup plus zen, et aucune récidive !).
      Ca fait partie de toi maintenant, c'est pas quelque chose qu'on oublie aisément (ou qu'on oublie tout court), il faut simplement apprendre à vivre avec Bon courage !

      Posté par clotilde, 03 novembre 2015 à 22:38 | | Répondre
      • Merci pour ta réponse clotilde. Tu as certainement raison, et je suis à ce jour choquée rien qu'à l'idée que ces douleurs et gênes puissent être dans ma tête... mais bon on ne saura jamais! Je vais me renseigner pour les séances de sophrologie, je suis prête à tout pour dépasser cet état... fais tu souvent des scanner? j'ai envie d'en refaire un après mon scanner de contrôle qui a montré que mon PNO s'était résorber mais on me dit que c'est pas la peine.. que je m'inquiète pour rien.. Aussi j'ai hate de reprendre le sport... quand est ce que tu as pu reprendre des activités physiques apres ton PNO?

        Posté par Zinebnad, 03 novembre 2015 à 23:21 | | Répondre
        • J'ai déjà posté sur le forum (Alexis) et ça fait maintenant un peu plus d'un an depuis mon dernier épisode de pneumothorax. J'ai repris le cor d'harmonie depuis novembre 2014 après un arrêt de 4 mois et à un niveau maintenant identique à celui que j'avais avant (je suis semi pro). J'ai repris doucement et j'ai fait en parallèle des séances de kiné. Tout va bien mais j'ai eu des douleurs importantes jusqu'en juin dernier, soit quasi un an après l'évènement ! C'est douloureux, long, stressant et certainement un peu dans la tête.... j'ai toujours mal du côté impliqué dès que je fais des efforts physiques avec les bras ou que je suis trop fatigué. Il parait que ce serait les cicatrices (pas eu de drain mais ce serait les cicatrices du recollement...). Le dernier pneumologue vu m'a dit de reprendre une vie normale, que rien ne pouvait prédire une rechute... que c'était inutile d'y penser sans cesse et de s'empêcher de profiter. Quoi qu'il en soit je tenait à apporter mon soutien à Zinebnad en l'assurant que "oui, des douleurs parfois importantes et ressemblant en tout point à celles pendant le décollement, surviennent sans que ce soit décollé ! "
          Je ne peux que conseiller de chercher à se relaxer, à profiter, personnellement les séances de kiné m'ont fait beaucoup de bien et je continu de faire les mouvements qu'il m'a montré. J'ai fait une cure de magnesium aussi... bref, il faut chercher soit même le soulagement physique et psychique parce que les médecins mette vite ça sur le "dans la tête"... ok mais ça n'aide pas même quand on le sait !
          bonne chance.

          Posté par alexis, 04 novembre 2015 à 11:17 | | Répondre
          • Alexis, merci pour ta réponse, c'est réconfortant rien qu'a l'idée de penser qu'on puisse reprendre une vie normale malgré tout. J’espère qu'il en sera ainsi, car pour ma part, n'ayant pas été opérée, je me disais que peut être le poumon ne se rétablira jamais comme avant. Je ne sais pas ce qui est mieux pour la bonne convalescence... recollement naturel ou intervention..

            Merci pour ton soutien l'artiste, ca compte vraiment pour moi en ce moment étant donné que l'entourage ne comprends pas vraiment ce qu'il m arrive... bisou

            Posté par Zinebnad, 04 novembre 2015 à 11:30 | | Répondre
        • Je n'ai fait aucun scanner depuis, en dépit de la petite douleur qui revient de temps en temps. Je fais confiance aux médecins que j'ai vus, aucune petite bulle donc faible probabilité de récidive. Maintenant je connais la douleur et ça ne m'affole plus, je sais qu'elle n'est pas synonyme de récidive. Un nouveau scanner ne t'apprendra sûrement rien de plus. Moi aussi au début j'étais tétanisée à l'idée que ça recommence, mais c'est irrationnel. Si tout s'est ben recollé dans ton cas, sois patiente quelques temps mais tu pourras reprendre ta vie d'avant.
          J'avais attendu 3 mois avant de me remettre au sport et à la flûte traversière.
          Pour mon premier PNO, on m'avait dit de rester une semaine complète allongée et de ménager mes efforts. Pour la récidive (qui était pourtant plus importante), on m'avait dit que je pouvais retourner en cours dès le surlendemain. Tu vois même le corps médical n'est pas d'accord ^^ Alors vas-y à ton rythme, mais tu verras ça revient vite

          Je vais complètement dans le sens d'Alexis, ne vois pas ça comme une épée de Damoclès au-dessus de ta tête prête à s'abattre à tout moment.
          Dis-toi aussi que c'est sûrement ton corps qui te dis de ralentir un peu.
          Rétablis-toi bien !

          Posté par clotilde, 04 novembre 2015 à 16:42 | | Répondre
          • Merci pour ton message clotilde. Ca fait du bien! bisou

            Posté par Zinebnad, 05 novembre 2015 à 00:26 | | Répondre
  • oh là je comprends bien le problème !!!
    Personne ne comprends l'angoisse que ça peut générer... Je n'ai jamais été opérée non plus, juste un drain posé il y a 20 ans quand j'ai fait le premier PNO. Ensuite, recollement naturel. Je sais que le poumon est un peu fragilisé d'où l'a nécessité de connaitre ses limites et de ne pas trop tirer sur la ficelle côté stress, fatigue...

    Posté par alexis, 04 novembre 2015 à 11:40 | | Répondre
  • C'est ca.. on dirait qu'il ya un hématome à l'intérieur ... Enfin! Je vais demander a faire de la kiné réspiratoire, pour m'aider a mieux respirer car la je suffoque un peu. Je pense aussi que je vais attendre avant de reprendre le sport, peut etre un mois ou deux on verra...

    Posté par Zinebnad, 04 novembre 2015 à 12:05 | | Répondre
  • Cc cela fera un an en février que j ai fais un pneumothorax spontané et j ai toujours de temps en temps des douleurs dans le dos mais on me dor qu e c'était normal aussi cicatrice ?! Depuis je suis très angoissée que lui puisse revenir mais j ai repris une vie normale en effet le fait de se relaxer aide bcp !! Mon scanner a démontré qu il n y avait plus de bulles le pneumologue m a dit que je pourrais peut être plus jamais en refaire alors ?! Grâce à cette note positive je vais de l avant mais lorsque les douleurs arrivent je suis tout de suite très angoissée ! Mon poumon à était regonflé à l aiguille dernière radio il y a un mois impeccable je croise les doigts mais ç est vrai que j ai peur... Voila pour moi merci pour votre blog qui m à bcp aidé et qui est surtout positif ç est pas parceque on fait un pneumothorax une fois qu on en fait à vie 😉

    Posté par Nature, 04 novembre 2015 à 14:18 | | Répondre
  • Bonsoir a tous.
    j'ai 45 ans ,je vient de faire un pneumo y a un mois.arret dessuite de la cigarette ca fait donc 1 mois que j'ai arrêté, moi non plus je ne connaissait pas cette maladie ca met
    arrivé d'un coup sans rien faire de spécial, jai fini au urgence ,ils m'ont ponctionné pour vider l'air et je suis sortie 4 jours après, pas de récidive oufff,j'ai pus reprendre le travail 3 jours après d'ailleurs mon médecin etait fou de rage car je ne me suis pas reposé (pour info je travail en bagagerie). Enfin visite de controle fait et tout va bien.

    Posté par bridg, 27 décembre 2015 à 23:07 | | Répondre
    • Bonjour j'ai 19 ans je me suis fait opéré des 2 poumon . par expérience et suite a mon 2eme opération que j'ai subis au mois de novembre
      aucun poumon qui a été récole par repos a été Positive un jours il se redécollera a nouveau quand ont le c'est pas maximum au bout de 2 ans il se redécollera . mon premier pneumothorax a ete par repos 2 mois après il c'est redécolle la j'ai été opéré le 2 eme pneumo je les fait 2 ans apres cote droit j'ai ete draine pendant 3 jours sa n'a pas été efficace j'ai du être aussi opéré je suis sortie ressemant d’hôpital quelqu'un comme moi qui c'est fait opéré des 2 cote ne risque plus de chut du poumon .

      Je precise que j'ai 1M81 avec 53 Kilo et je ne fume pas

      Posté par Damien, 01 janvier 2016 à 20:49 | | Répondre
  • Personne qui ont été draine parfois le poumon revient a la surface certain non comme pour mon cas . les personne draine a qui sa fonctionne le risque est toujours la en tout cas par expérience le poumon tombera a nouveau maximun 2 ans après il tombera c'est sur ou voir avant .
    les personne dont le poumon est revenu a la surface simplement par repos il se décollera sur a 100% moi sa été par repos 5 Mars Premier pneumo et il est tombe a nouveau le 5 juin 3 Mois après j'ai subis l'operation tout c'est bien , plus de rechute depuis mon poumon Gauche toujours colle depuis intervention par Talqage .les personne opéré seulement d'un cote le poumon , 2eme poumon risque le mémé risque forte chance que le prochain poumon se redécolle aussi avis d'un médecin qui me la dit sa arrive souvent que le 2eme poumon face des sienne . 2 ans après mon 2eme poumon c'est décolle encore plus que le premier je me suis fait opéré y'a 1 mois .mon 2eme poumon a ete talque avec réussite . une personne comme moi qui a été opéré des 2 cote le pneumothorax est censé de plus jamais revenir .

    Posté par Damien, 01 janvier 2016 à 21:03 | | Répondre
    • c'est du n'importe quoi cette histoire de deux ans ... c'est une pure statistique qui n'est le reflet de rien si ce n'est que statistiquement les cas les plus graves penalisent la statistique des cas normaux. pour quelqu'un chez qui le recollement c'est tres bien passé, qui n'a pas derriere une autre pathologie specifique ( emphyseme ), et qui a arreté de fumer : le risque de recidive est aussi important que celui de ce faire ecraser à un passage pieton. Ce risque ce demultiplie si : lors du drainage, il a falu un second drain, si il y a une pathologie annexée : emphyseme bulleux, s 'il y a des blebs ( merci le tabac ) etc etc etc ...

      Posté par fred, 02 juin 2017 à 22:07 | | Répondre
  • Ya 6 ans j'ai fait mon premier pneumothorax (poumon gauche),sur l'année j'en ai fait 4 et on m'as talquer , pleurs copier. Puis j'en faisait un en moyenne par ans. Mais comme ils avait déjà "tout fait" (comme il l'on dit ). Ils ne voulaient plus toucher et me renvoyaient chez moi durant 2 semaines.
    Cette année en septembre j'en fait un à droite ils exuflent , draine me renvoi chez moi au repos. Une semaine après de nouveau douleur j'y rétourne de nouveau éxuflation , drainage. Ils me retire le drain et lors de la radio de sortis ils voient que j'ai refait un pneumothorax. Il me remettre un drainent et une fois que ya plus bc d'espace ils me talcquent. Ils me gardent encore qqs temps et à ma radio de sortis ils voient que ya encore un pneumothorax. Ils me remette un drain attende que l'espace diminue et me pleuroscopie. Je suis resté un mois et demis à l'hôpital. Donc jusque là je suis à une petite quinzaine de pneumothorax
    Je retourne à la maison pour me reposer et c'est l'autre poumon qui redeconne... et pas qu'un peu j'en fais un tous les 2-3 semaines. Le dernier hier ... j'en suis à une vingtaine tout poumon confondu et je sais pas quand ça finira. J'ai compté jusqu'à 10 mais depuis je prend plus la paie.
    Et ça ne sert même plus que j'aille à l'hôpital , de l'aveu des médecin ils ne savent plus rien faire à part me lesser me reposer durant une semaine...

    Posté par javi, 30 janvier 2016 à 20:52 | | Répondre
    • Juste bon courage...=/

      Posté par Rems59, 17 février 2016 à 15:55 | | Répondre
  • Bonjour à tous,

    Avril 2013 au réveil grosse douleur coté droit, je laisse trainer 3 jours puis je me rends chez le médecin qui ne me détecte rien à part de la tachycardie, le lendemain visite médical au travail alors je lui en parle il m'ausculte et prend son téléphone pour me prendre un rendez vous chez un pneumologue.
    Je me rends chez le pneumologue qui m'envoie direct faire une radio, je reviens le voir et la verdict il m'envoie direct au urgences et hospitalisation dans la foulée.
    Le lendemain scanner résultat décollement complet, aucune pose de drain juste du repos et 15 jours après recollement complet.

    30 Novembre 2015 sur la route pour aller au boulot hop récidive, je me rends à l'infirmerie qui appelle le Samu direction les urgences pour une radio verdict décollement complet.
    Ils me proposent de me poser un drain que je refuse, je leurs explique que je souhaite être transférer dans un autre hôpital ou se trouve une chirurgienne que j'avais été voir en consultation lors de mon premier PNO, ils insistent pour le drain mais la chirurgienne leur dit juste de me transférer.
    Donc changement d'établissement direction l'hôpital privé (Robert Shuman de Metz)
    Deux jours plus tard passage au bloc pour un talcage, réveil horrible en cris tellement la douleur est horrible, pourtant je supporte bien la douleur mais la sur une échelle de 10 elle se situait à 15.
    Réveil dans la chambre avec deux beau drains douleurs un peu intense mais la morphine fait son job pour l'instant.
    Le lendemain matin au réveil je suis tout crisper la douleur et intenable la morphine n'a plus l'air de faire effet impossible de bouger n'importe quel membre.
    Tout le monde s'active essayent plusieurs anti douleur, trois heures après j'etais debout enfin soulager.

    J'ai garder les drains 3 jours et suis sortie au bout de 6 jours d'hôpital, j'ai eu des douleurs pendants quelques mois.

    A ce jour de petites douleur de temps a autres de quelques secondes, mais aussi a l'heure ou j'écris ce post je soupçonne un PNO coté gauche car j'ai eu une un grosse douleur toute à l'heure ainsi qu'une dyspnée et une augmentation du rythme cardiaque, donc je vais laisser passé la nuit voir si c'est bien cela et si sa ce confirme ben sa sera hôpital et bloc pour un talcage...

    Posté par Romain, 23 novembre 2017 à 23:28 | | Répondre
« Premier   1  2 
Nouveau commentaire