INHUMAN

02 août 2013

Pourquoi tu t'épiles ?

epilation2

Heh, ui. Cette question m'a été posée il y a quelques jours par un petit gars que j'ai littéralement eu envie d'enlacer et de remercier de toutes mes forces sur le coup. S'en sont suivies ces affirmations que personne ici ne réfutera, je pense.

"C'est chiant non ? "Ça doit faire mal, ça sert à rien en plus." "On s'en fiche des poils."

Oh. C'est vraiment adorable de généraliser ton cas. Et quel beau cas. Mais malheureusement, qui s'en fiche VRAIMENT des poils ici ? Surtout chez les hommes ? HM ?

Merci à toi, encore.


Et donc voilà, depuis ce jour, beaucoup de questions se posent dans ma tête. Malgré mon immense respect envers les femmes qui assument leur pilosité naturelle, je n'ai pas encore franchi le pas. Pourquoi ? Parce que je suis manipulée par la société ? Parce que je n'aime pas les poils ? Parce que ce n'est pas féminin ? Pour en savoir plus, j'ai décidé de répondre à cette question en détails ci-dessous. Car oui, elle m'a beaucoup fait réfléchir, parce que c'est vrai ça....

Pourquoi je m'épile au juste ?


Parce que les poils ce n'est pas très féminin

Vais-je vraiment répondre à cette question, en 2013 ? Vraiment ?

Parce que je n'aime pas les poils

Non. Je n'ai rien contre les poils et comme évoqué ci-dessus, je trouve ça immensément respectable de voir une femme les garder. Je ne trouve ça ni disgracieux, ni sale, ni viril, ni [insérer bullshit here]. C'est simplement que je ne m'imagine pas avec, rien d'autre. J'ai déjà un visage très enfantin et un corps presque encore adolescent, je n'arrive toujours pas à me considérer "femme" et je préfère qu'on me qualifie de "fille' ou de "jeune fille" alors pour moi, les poils ce n'est pas encore imaginable. Parce qu'à mes yeux, finalement, les poils me renvoient une image de femme adulte. Chose à laquelle je ne m'identifie pas (encore) !

Parce que je trouve ça plus agréable

Oui. Indéniablement, je préfère passer ma main sur mes jambes lisses, y appliquer des soins et même porter des collants sans qu'ils forment des peluches douloureuses avec les tristes poils enfermés dedans. Rien de plus. Avec ou sans, je préfère sans et ça ne va pas plus loin.

Parce que ça plait aux garçons (hihihi)

Vais-je vraiment répondre à cette question, en 2013 ? Oui, bon, allez. Je vais faire cet effort.

Non. De la même façon que j'aime me maquiller et prendre soin de moi et que je le fais pour moi, par passion. Je m'épile... par PASSION ! OUAIS !!!! ^3^ Non, sérieusement, soyons d'accord, l'acte en lui-même ne procure aucun plaisir, au contraire. Mais le résultat, chez moi, me rend juste plus à l'aise avec moi-même, m'apporte plus de confort et donc me rend plus heureuse. Cependant, si je n'ai pas envie de le faire, je ne le fais pas. On va dire tant pis pour ces pauvres garçons dévastés et on va penser à soi. Que nous sommes égoïstes quand même parfois, mince !

Et puis, il semble exister encore dans ce monde des hommes intelligents et qui font attention à notre bien-être comme le prouve l'exemple même de cet article. Alors soyons positives, allez, je suis sûre qu'il y en a beaucoup des comme ça, hein, hein ?! Oui, bon. Veuillez excuser cette phase d'auto-conviction vraiment très peu crédible. Bonne chance.

Parce que c'est la honte d'être poilue

Non. Et un énorme oui pour la société daubement daubique dans laquelle nous vivons. Regardez, nos règles sont honteuses, nos aisselles qui puent sont honteuses, nos vagins (oups je l'ai dit !) sont honteux. Alors forcément, les poils, chez une FEMME ? Attendez ça coule de source que c'est honteux.

La simple réponse que j'ai à cela, c'est le commencement de mon histoire avec l'épilation. Pourquoi et comment j'ai commencé ? Rien d'étonnant. Je faisais du sport dans une équipe féminine, en short. À l'arrivée de l'adolescence, mes copines s'épilaient et commençaient à scruter si les autres filles autour le faisaient aussi. C'est ainsi qu'on se moqua de moi et d'une amie qui, elle, avait plutôt du duvet aux aisselles. Dingue ! À cette époque, je me forcais également à mettre du déodorant dans les vestiaires pour faire comme tout le monde alors que je n'en avais pas besoin. Tout s'explique et j'imagine que c'est comme cela que ça débute pour tout le monde. C'est la honte d'être poilue et de puer du cul. Hop !

Parce que je fais ce que je veux, oh !

Oui. Même si à l'époque, ce n'était clairement pas le cas et que je m'épilais simplement pour faire comme tout le monde et éviter les moqueries lourdes et débiles, aujourd'hui, je peux l'affirmer : si je m'épile c'est que je l'ai décidé, que je suis seule maître de mon corps. Je décide de ce que j'épile, de la forme, des méthodes, de ne pas le faire si ça m'emmerde. Un peu comme passer chez le coiffeur, au final. Est-ce être manipulé par la société de décider qu'on a envie de se faire raccourcir les pointes ? Tant que les motivations et les envies sont réelles, vous pouvez vous maquiller, vous épiler, mettre une robe ou un pantalon, sortir votre chien, la société et les êtres étrangement couillons qui y vivent n'auront pas votre peau. Et les méchants poils pas beaux non plus.


En conclusion

Le poil vaincra, ou non ! Et si le poil a vaincu, il a vaincu et la société doit apprendre à être bon perdant, comme tout le monde.


Et vous, pourquoi vous vous épilez ?


 PS : Hey, venez ici retrouver mon article sur l'épilation de la zouzoute !