INHUMAN

02 août 2013

Pourquoi tu t'épiles ?

epilation2

Heh, ui. Cette question m'a été posée il y a quelques jours par un petit gars que j'ai littéralement eu envie d'enlacer et de remercier de toutes mes forces sur le coup. S'en sont suivies ces affirmations que personne ici ne réfutera, je pense.

"C'est chiant non ? "Ça doit faire mal, ça sert à rien en plus." "On s'en fiche des poils."

Oh. C'est vraiment adorable de généraliser ton cas. Et quel beau cas. Mais malheureusement, qui s'en fiche VRAIMENT des poils ici ? Surtout chez les hommes ? HM ?

Merci à toi, encore.


Et donc voilà, depuis ce jour, beaucoup de questions se posent dans ma tête. Malgré mon immense respect envers les femmes qui assument leur pilosité naturelle, je n'ai pas encore franchi le pas. Pourquoi ? Parce que je suis manipulée par la société ? Parce que je n'aime pas les poils ? Parce que ce n'est pas féminin ? Pour en savoir plus, j'ai décidé de répondre à cette question en détails ci-dessous. Car oui, elle m'a beaucoup fait réfléchir, parce que c'est vrai ça....

Pourquoi je m'épile au juste ?


Parce que les poils ce n'est pas très féminin

Vais-je vraiment répondre à cette question, en 2013 ? Vraiment ?

Parce que je n'aime pas les poils

Non. Je n'ai rien contre les poils et comme évoqué ci-dessus, je trouve ça immensément respectable de voir une femme les garder. Je ne trouve ça ni disgracieux, ni sale, ni viril, ni [insérer bullshit here]. C'est simplement que je ne m'imagine pas avec, rien d'autre. J'ai déjà un visage très enfantin et un corps presque encore adolescent, je n'arrive toujours pas à me considérer "femme" et je préfère qu'on me qualifie de "fille' ou de "jeune fille" alors pour moi, les poils ce n'est pas encore imaginable. Parce qu'à mes yeux, finalement, les poils me renvoient une image de femme adulte. Chose à laquelle je ne m'identifie pas (encore) !

Parce que je trouve ça plus agréable

Oui. Indéniablement, je préfère passer ma main sur mes jambes lisses, y appliquer des soins et même porter des collants sans qu'ils forment des peluches douloureuses avec les tristes poils enfermés dedans. Rien de plus. Avec ou sans, je préfère sans et ça ne va pas plus loin.

Parce que ça plait aux garçons (hihihi)

Vais-je vraiment répondre à cette question, en 2013 ? Oui, bon, allez. Je vais faire cet effort.

Non. De la même façon que j'aime me maquiller et prendre soin de moi et que je le fais pour moi, par passion. Je m'épile... par PASSION ! OUAIS !!!! ^3^ Non, sérieusement, soyons d'accord, l'acte en lui-même ne procure aucun plaisir, au contraire. Mais le résultat, chez moi, me rend juste plus à l'aise avec moi-même, m'apporte plus de confort et donc me rend plus heureuse. Cependant, si je n'ai pas envie de le faire, je ne le fais pas. On va dire tant pis pour ces pauvres garçons dévastés et on va penser à soi. Que nous sommes égoïstes quand même parfois, mince !

Et puis, il semble exister encore dans ce monde des hommes intelligents et qui font attention à notre bien-être comme le prouve l'exemple même de cet article. Alors soyons positives, allez, je suis sûre qu'il y en a beaucoup des comme ça, hein, hein ?! Oui, bon. Veuillez excuser cette phase d'auto-conviction vraiment très peu crédible. Bonne chance.

Parce que c'est la honte d'être poilue

Non. Et un énorme oui pour la société daubement daubique dans laquelle nous vivons. Regardez, nos règles sont honteuses, nos aisselles qui puent sont honteuses, nos vagins (oups je l'ai dit !) sont honteux. Alors forcément, les poils, chez une FEMME ? Attendez ça coule de source que c'est honteux.

La simple réponse que j'ai à cela, c'est le commencement de mon histoire avec l'épilation. Pourquoi et comment j'ai commencé ? Rien d'étonnant. Je faisais du sport dans une équipe féminine, en short. À l'arrivée de l'adolescence, mes copines s'épilaient et commençaient à scruter si les autres filles autour le faisaient aussi. C'est ainsi qu'on se moqua de moi et d'une amie qui, elle, avait plutôt du duvet aux aisselles. Dingue ! À cette époque, je me forcais également à mettre du déodorant dans les vestiaires pour faire comme tout le monde alors que je n'en avais pas besoin. Tout s'explique et j'imagine que c'est comme cela que ça débute pour tout le monde. C'est la honte d'être poilue et de puer du cul. Hop !

Parce que je fais ce que je veux, oh !

Oui. Même si à l'époque, ce n'était clairement pas le cas et que je m'épilais simplement pour faire comme tout le monde et éviter les moqueries lourdes et débiles, aujourd'hui, je peux l'affirmer : si je m'épile c'est que je l'ai décidé, que je suis seule maître de mon corps. Je décide de ce que j'épile, de la forme, des méthodes, de ne pas le faire si ça m'emmerde. Un peu comme passer chez le coiffeur, au final. Est-ce être manipulé par la société de décider qu'on a envie de se faire raccourcir les pointes ? Tant que les motivations et les envies sont réelles, vous pouvez vous maquiller, vous épiler, mettre une robe ou un pantalon, sortir votre chien, la société et les êtres étrangement couillons qui y vivent n'auront pas votre peau. Et les méchants poils pas beaux non plus.


En conclusion

Le poil vaincra, ou non ! Et si le poil a vaincu, il a vaincu et la société doit apprendre à être bon perdant, comme tout le monde.


Et vous, pourquoi vous vous épilez ?


 PS : Hey, venez ici retrouver mon article sur l'épilation de la zouzoute !


21 novembre 2012

Pierre Pascual vous parle de sa barbe !

S'il y a bien un truc que j'envie aux hommes cis (mais pas aux imberbes, désolée), c'est bien leur capacité à avoir de la barbe. C'est une énorme liberté de pouvoir choisir de la laisser pousser ou de rester complètement imberbe. Imaginez un peu, c'est comme si nous n'avions pas le choix et que les femmes n'avaient pas de pilosité sur le crâne par exemple, c'est rageant !

Je n'ai donc pas de barbe, mais je vais vous en parler quand même. Dans notre société, elle est plutôt vue comme un symbole de virilité mais je ne suis pas d'accord. Ce n'est qu'une zone de poils qui pousse si on ne l'arrête pas, ce n'est pas un acte viril du tout. Mais c'est une superbe manière de développer son look en l'entretenant d'une façon ou d'une autre, bouc, barbe de bûcheron, avec ou sans moustache, etc.


J'ai donc posé quelques questions à l'un de mes barbus préféré dont le nom, j'imagine, ne vous étonnera pas. Pierre Pascual.

54509_10151137273594632_338375548_oPhoto by Mick Bulle, issu du calendrier "Secrets"

 


Pourquoi as-tu décidé de porter une barbe ?

Ça s’est fait quasiment par hasard. J’avais laissé pousser par flegme de couper un été, en 2007 et au final j’ai trouvé ça super. Au départ elle était beaucoup plus longue et fournie. Maintenant je la préfère plus courte.

Est-ce que cela véhicule un symbole en particulier pour toi, le vois tu comme symbole de virilité ou pas du tout ?

Déjà je trouve que ça me va bien. Ça fait quand même 5 ans maintenant. Je n’y vois aucun signe de virilité en particulier. Mais j’aime le mélange barbe, cheveux longs bien peignés et maquillage.

Comment l'entretiens-tu ?

Seul.

Je l'entretiens à la tondeuse. Pour enlever de la matière, puis les contours aux ciseaux, ça c'est quand j'aime être bien propre. Sinon j'aime de temps en temps la laisser pousser sans l'entretenir, ça donne un côté plus sauvage. Mais j’aimerais essayer un barbier un jour !


 

5d411d925f504cdb83e62926e98c5322_820x820Pochette de l'album Premier Amour

 

Ma vision de la chose

Comme vous pouvez donc le voir ci-dessus, Pierre arbore fièrement barbe et maquillage sans complexes. Je trouve ça fascinant. C'est une zone qui peut être entretenue à sa guise comme une coupe de cheveux et qui enveloppe délicatement la bouche, la rendant parfois imperceptible. D'où l'idée merveilleuse d'ajouter une touche de couleur à celle-ci, à l'aide d'un rouge à lèvres. Pierre est l'exemple même que le maquillage est pour tout le monde. N'importe qui peut en porter et peu importe sa pilosité, c'est un bel exemple de liberté.

À mes yeux, une belle barbe, c'est comme du contouring. Lorsqu'elle est bien entretenue et qu'elle convient bien à la forme du visage d'un homme, elle sait mettre en valeur et définir ses traits au mieux. Et nous les femmes, il ne nous reste que nos pinceaux et nos poudres bronzantes, à moins de se faire des cures de testostérone. :(

L'entretien

La barbe est donc quelque chose qui s'entretient. La laisser trop buissonneuse, ce n'est pas très flatteur. C'est comme pour les sourcils, il faut couper les poils qui dépassent et égaliser l'ensemble. Un vrai petit buisson à chouchouter.

Pour ce faire, suivre la méthode de Pierre Pascual me semble une bonne chose. Munissez vous d'une tondeuse avec le sabot de votre choix pour maîtriser l'ensemble de la barbe. Puis armez vous d'une paire de ciseaux pour dompter les contours. Vous pouvez aussi opter pour un rasoir pour stopper les poils fous qui s'échappent de la masse, si vous trouvez que votre barbe remonte trop haut, ou qu'elle descend trop au niveau du cou.

177604_10151132370939632_574975433_oPhotographie par Mick Bulle